23 juil. 2015

Les limites de la mère indigne.


C'est dur d'être un mère surtout depuis que les magasines, émissions tv et entourage proche ou moins proche ont décidé qu'il fallait être une mère parfaite sinon rien (et ça ne date pas d'hier les "faut faire comme çi et pas comme ça"). Le contre-coup c'est que les mères qui ont fait leur possible pour être parfaites et qui, bien évidemment, n'y sont pas arrivées, se lâchent.
Etant donné la pression à évacuer, certaines se lâchent beaucoup (trop?). En privé comme en public. On est pas des mères parfaites et on le fait savoir. Un peu dans le but de détendre les nouvelles mamans puis surtout pour se détendre nous. Se déculpabiliser pour ne pas devenir zinzin.
La mère indigne est devenue une mode. Oui oui, comme les cheveux bicolores (Tye and dye si je me souviens bien) ou les espadrilles. La plupart du temps les anecdotes sont drôles ("Sa sucette est tombée parterre, j'ai soufflé dessus et lui ai redonné aussi tôt" ou "Je fais semblant de ne pas l'entendre pleurer la nuit comme ça c'est la Papa qui s'y colle") mais parfois ça dérape. Comme dans le livre de Jessica Cymerman (alias Serial Mother) "Ce que les mères n'avouent jamais...(même sous la torture)". Présenté comme un recueil de témoignages réels, ce livre rassemble majoritairement des témoignages anodins et bon enfant mais pas que.
Je ne suis pas une mère parfaite, je fais de mon mieux comme l'immense majorité d'entre-nous. Oui je crie parfois, je pleure, je tape du poing sur la table à langer, je dis des mots à mon fils que je regrette la minute d'après. Dans les anecdotes qui vont suivre, les mères avouent un comportement politiquement incorrect et s'en amuse voire jubilent. C'est peut-être ça qui m'a le plus choqué.
Certains récits sont à la limite de la maltraitance (non pourquoi à la limite, laver la bouche de son 4 ans au savon c'est de la maltraitance merde!) et sont pourtant sensés nous faire rire. Serais-je devenue une vieille réac? Serais-je trop coincée du cul pour rire à ces blagues? Qu'est-ce que t'en penses toi? Tu trouves ça drôle? J'en fais trop? Ou cette mode est-elle allée trop loin?

















55 commentaires:

  1. Comme Urbanie, je suis choquée. Evidemment par les anecdotes et les paroles (non, tu n'es pas une vieille conne de penser que c'est une forme de maltraitance, c'en est), et encore plus par les âges des enfants (dire à un enfant de 2/4/5 ans qu'il a été adopté !!) et les remarques "j'ai bien ri"/"quel soulagement !" etc. Avec un ado particulièrement casse-noisettes, je dis pas, mais avec un bambin !

    Je comprends que ça puisse échapper de temps en temps (mais je ne crois pas qu'à moi, qui en ai pourtant bavé, ça m'ait échappé souvent, ce genre de méchancetés), mais de là à s'en vanter, comme tu le dis, il y a un monde. Je crois pas que je pourrais lire ce livre, ça ne me ferait pas rire du tout, je serais sans cesse en train de me dire "Mais quelle honte, mais quelle honte !" (je vais montrer tes extraits à mon mari, je crois)

    Et puis je me suis toujours un peu méfiée de cette mode des parents indignes. Oui, parfois c'est rigolo, mais de toute évidence, certaines personnes ne connaissent pas la limite, et entre avouer qu'on n'est pas parfaite et se vanter de faire des conneries néfastes pour le développement de son enfant, il y a un monde.

    Le seul truc qui m'ait paru "moins grave", tout en étant paradoxalement le plus dangereux, c'est de laisser son bébé dormir sur le ventre si ça marche mieux. Je comprends qu'on puisse être épuisée et se rendre à l'argument "on a fait comme ça pendant des années, et il ne s'est jamais rien passé".

    (et sinon, moi j'ai des cheveux bicolores, mais c'est pas du tye and dye, hein, c'est du vieux henné additionné à une désertion des salons de coiffures depuis des siècles -ouais, c'est peut-être pire, ce jmenfoutisme capillaire, j'avoue)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne mets pas toutes ces anecdotes sur un pied d'égalité. Le bébé sur le ventre "parce qu'on faisait comme ça avant" pourquoi pas mais j'aurais aimé un petit rappel sur les recommandations actuelles qui conseillent un coucher sur le dos (ce qui a tout de même contribué à une grande baisse des morts subites). Je n'en conclus pas que cette Maman a un comportement malsain comme celle qui lave la bouche de son fils au savon.

      C'est effectivement les petits "j'ai bien ris" ou "je me régale" qui m'interpellent. Elles font peur à leur enfant et s'en moque. Pensent-elles aux conséquences de leurs paroles et gestes sur le bien-être de leur enfant? Un enfant ne va pas "bien" s'il est rabaissé régulièrement ou que ses parents lui font croire qu'il est adopté ou anormal.

      Qu'elles pensent ces horreurs, pourquoi pas, mais qu'elles gardent ça pour elles et leurs copines par pour leurs enfants.

      Supprimer
  2. Ben tu vois, moi je ne suis pas choquée par la plupart des citations que tu mets.
    Il y a même des choses qui me rappelle ma propre éducation puisque mes parents me disaient régulièrement "d'aller jouer sur l’autoroute" ou que si je n'étais pas sage j'irai "sécher au grenier avec les autres petites filles".
    Les exemples qui m'embêtent le plus sont ceux où tu sens la jouissance des parents. Je pense que c'est normal de détester ton enfant parfois (parce que tu n'en peux plus, parce que tu as dû sacrifier plein de choses ...), normal au sens où ça fait partie de l'ambivalence qu'on a tous en nous. Par contre je pense que c'est quelque chose que tu dois gérer toi même et ne pas faire rejaillir sur ton petit qui lui n'est pas apte à comprendre. (Contrairement à ton conjoint à qui tu peux dire plus facilement 'tu me fais chier' quand tu as envie de l'étriper).

    Alors voilà ce que je voulais te répondre en lisant ton article tout à l'heure. Et puis entre temps je suis allée préparer les légumes pour la purée de midi et je me suis dit que tout de même toutes ces choses que me disaient mes parents étaient essentiellement dites par mon père avec qui j'ai une relation... hum... disons que je ne pleurerai pas à son enterrement.

    Et du coup ça me fait réfléchir à ma propre éducation aussi.
    Car oui j'ai déjà dit à mon petit que j'allais le ramener à la maternité (tout petit quand il criait beaucoup).
    Je me suis déjà dit que j'allais le réveillé ado (mais je sais que je ne le ferais pas, enfin pas par vengeance car je trouve ça choquant de se venger de quelque chose dont l'enfant n'est pas responsable).

    Du coup je ne sais pas si tu es coincée du cul où si je suis trop...enfin pas assez, enfin tu vois. Ca me questionne quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi: c'est normal de péter un plomb, de leur en vouloir, de trouver leurs dessins moches, de rire d'eux...mais ce n'est pas normal de le faire devant eux en s'en délectant. Si encore ces mères regrettaient, je comprendrais. Sauf que là, elles s'en foutent.

      Je suis triste quand je lis ce que tes parents ont pu te dire enfant. Je trouve ça violent car derrière ces mots se cache l'idée qu'ils ne tiennent pas à toi. Tu peux aller mourir, on s'en remettra. Comment est-ce que tu prendrais ça de la part de ton mari ou de tes amies? Imagines un peu si ton conjoint te disais régulièrement "purée, j'aurais mieux fait de me casser une jambe plutôt que de sortir avec toi". Inconsciemment, l'idée qu'on est pas importante s'installe. Les enfants se construisent avec ses idées négatives. Alors certes, ils ne sont pas morts mais de là à dire qu'ils vont bien, je n'en suis pas convaincue.

      Moi aussi quand mon fils était tout petit (moins de 3 mois), je disais des choses horribles comme "j'aurais dû le laisser à l'hôpital" ou je le traitais de "connard" quand il commençait à pleurer juste 10 minutes après avoir été posé dans son lit. Je lui disais pas ça en face mais je l'ai pensé et/ou dis à mon Chéri. Mais je regrettais tous ces méchants mots. Je ne tournais pas ça en dérision...

      Je trouve que si tu te questionnes, c'est déjà très bien! Pour moi c'est la clé d'une éducation réussie (dans le sens: faire des enfants "bien élevés" sans nuire à leur bien-être physique et psychologique), se demander régulièrement si on a raison de faire comme ça. Ne pas s'enfermer dans un seul modèle, regarder un peu partout. Etre curieux car il y a mille façon d'élever un enfant.

      Supprimer
  3. Wow! Mais quelle horreur! Ces mamans sont franchement ridicules et puériles. C'est vraiment de la bêtise pure et dure, quand leurs gamins deviendront des psychopathes qui essaieront de les découper en rondelles pendant leur sommeil, ça rigolera moins.
    Oui je suis extrême, mais c'est elles qui ont commencé. Là franchement à chaud, ça me révolte, je bouillonne. Alors oui, il m'arrive de m'énerver parfois plus que de raison sur mes enfants et de lâcher quelques gros mots, ou même un "Mais t'es idiot ou quoi?"...mais je le regrette aussitôt, j'aimerais rattraper les mots tout justes sortis, mais c'est impossible.
    Mais jamais, oh non JAMAIS ce genre de situation ne me fais jubiler, jamais ça ne me soulage, au contraire.
    Et l'autre qui réveille son ado en pleine nuit pour le fun, bah du coup elle s'oblige aussi à se lever à 2/3 heures du mat' cette truffe...
    Et je viens de lire les quelques commentaires élogieux sur ce livre, sur Amazon, c'est peut être ça le plus effrayant : "Ah j'ai ri!"; "Ah c'est déculpabilisant!"... Putain mais les gens!! Achetez-vous un cerveau, et arrêtez de vous reproduire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, tu me rassures (enfin la plupart des commentaires me rassurent): je ne suis pas la seule a être choquée de certaines situations. Je te rejoins sur le fait que de tels comportements envers les enfants ne peut pas engendrer d'adultes équilibrés. Sans tomber dans la psychopathie (même si ça doit arriver quelques fois), ces gamins seront peut-être des ados mal dans leur peau, qui fugueront puis des adultes anxieux, jaloux, dépendants à la drogue, à l'alcool ou à la bouffe...Heureusement, pour être un de ceux-là, certains se rendront compte qu'il existe d'autres manières d'élever ses enfants.

      Bien sûr que parfois certains mots nous échappent mais on les regrette. On s'excuse auprès de nos enfants en les rassurant sur le fait que si Maman elle a dit des horreurs c'est parce qu'elle est fatiguée et qu'elle ne pense pas du tout ce qu'elle a dit.

      Pour ce qui est d'amazon, je pense que les gens s'arrêtent au ressenti général du livre qui est plutôt bon enfant ("J'autorise mes enfants à faire pipi dans le bain", "Julia Roberts a dit que ses enfants à la naissance "sentaient l'amour". Les miens sentaient le caca", "Je lis son journal intime", "Je jette ses dessins"...). Moi-même au départ je lisais ce livre avec un petit rictus puis est arrivée une anecdote "bizarre" puis une autre et encore une autre. Après, j'ai fini ma lecture juste pour chercher les anecdotes méchantes afin d'en discuter ici.

      Supprimer
    2. Ouais !!! Vas-y Zou on les méprise tous ces bip, bip et re-bip qui s'attaquent à plus petits qu'eux les lâches !

      Supprimer
  4. Ce n'est plus de l'humour ou de la dérision, c'est de la cruauté, de la maltraitance, voire de l'inconscience... et surtout de la connerie. Elles me font pitié, ces nanas, d'autant plus qu'elles se vantent de leur comportement débile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est effectivement probablement de l'inconscience. Enfin, j'espère qu'elles ne font pas ça tout en sachant que leurs enfants seront probablement affectés à vie.
      Et oui, s'en vanter c'est vraiment la cerise sur le gâteau de la cruauté.

      Supprimer
    2. ohhhhh que si elles le font.... vous glorifiez la maltraitance physique et psychologique... un non connaissance des conséquences de tels propos... je vous propose de lire Filliozat, Dumontier kremer, gueguen.... Ce blog montre l'inconscience d’adultes ravis de leur cruauté !!!! à vomir.

      Supprimer
  5. J'adore l'humour noire et je suis la première à maîtriser l'ironie.
    Je suis aussi submergée par la culpabilité (comme toutes les mamans) et rire des ces situations me fait du bien.
    Mais là tu as raison de parler de maltraitance. Mettre son enfant à la porte, rire de sa peur, jouer avec leur confiance etc.... Là je trouve ça grave. Que nous adultes, nous avions besoin de lâcher un peu de pression c'est une chose, mais utiliser nos enfants dans ce but c'est juste ignoble.
    Moi qui aimait ces éditions (Leduc) je viens de leur laisser un message sur leur site (http://www.editionsleduc.com/store/page/4-Contactez-nous) et je pense que je vais faire pareil sur le page FB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'humour noir et l'ironie entre adultes, oui. Pas avec des enfants et encore moins avec les siens.
      Ça fait du bien de décompresser entre adultes des comportements parfois "étonnants" de nos enfants (genre le mien il hurle quand j'allume l'aspirateur bah je m'amuse pas à le passer quand il est dans la même pièce que moi, je ne me moque pas de lui en face. J'essaie de comprendre sa peur. Après tout moi j'ai peur des sauterelles alors pourquoi pas d'un aspirateur. Par contre, avec les copains, on en rigole).

      Je n'avais pas pensé à faire remonter mon ressenti à l'éditeur mais c'est sûrement une bonne chose. Moi j'ai échangé avec l'auteur sur Twitter. Je ne lui en veux pas, je veux juste qu'elle réfléchisse à deux fois avant de sélectionner de telles horreurs pour en faire un livre. On peut aider les mamans à déculpabiliser sans toutefois vulgariser des scènes de maltraitance physique ou mentale.

      Supprimer
  6. Honteux. Je ne trouve pas d'autres mots tellement je suis scié par toutes les conneries que je viens de lire. Mais le pire c'est qu'elles sont fières. Bordel , je rejoint Zou en disant que ces gosses finiront psychopathes. C'e'st devenu tendance d'être une mauvaise mère , et ça fait rire. Pauvre monde...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais finir par croire que je ne suis pas la seule à être coincée ^^. Les petites phrases pleine de fierté sont vraiment déplacées effectivement. Je pense que certains anecdotes "passeraient" mieux sans ces rajouts bien lourds.
      Au départ, je pensais que c'était écrit et non de vrais témoignages. L'auteur m'a bien confirmé que "ce sont des témoignages mais le trait est grossi et tout est à prendre avec humour." J'aurais préféré que tout soit fictif (et là à la limite, je trouverais ça drôle).

      Supprimer
  7. et sérieux c est de l humour , il faut arreter avec la maltraitance , on a aussi droit de rigoler quand on est parent et puis parfois on pense tous ça ! et puis je suis sur que ces mamans ou papas apres ça passe leur temps à caliner leurs enfants et les echangeraient pour rien au monde .
    moi franchement j ai bien rie , et je vais aller sur le pas voir ce livre pour rigoler de temps en temps , merci pour la pub !!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je ris de pas mal de choses, mais là franchement les situations sont super dures, celle qui dit de sa fille de 4 ans, que si elle n'était pas sa fille, elle la trouverait moche et bête...Moi ça me laisse bouche bée. Puis d'autres qui s'amusent à abandonner leurs gamins, ou du moins leur faire croire, je trouve que ça va un peu loin, je crois que sur de jeunes enfants ça peut rapidement les perturber.
      Il n'y a pas que la maltraitance physique, mais aussi celle qui est psychologique...
      Après bien sûr qu'on peut rigoler de ses enfants, quand on en discute entre parents, bien sûr aussi qu'on peut dire à son enfant qu'il est relou de temps en temps, parce que c'est vrai. Mais faire d'eux des têtes de turc, non, je ne trouve pas ça rigolo.

      Supprimer
    2. On a le droit de rigoler de nos enfants sans pour autant leur dire de telles atrocités. Un enfant n'est pas capable d'analyser l'ironie ou le second degré. Ils ne sont mêmes pas capables de reconnaître ce qui est un mensonge.
      Se complaire à leur faire croire qu'ils sont adoptés, anormaux, leur dire qu'ils sont moches, qu'on va les abandonner...tout cela a forcément des conséquences sur leur développement sentimental car eux y croient.

      "Qu'on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L'essentiel, c'est qu'on parle de moi !"

      Supprimer
    3. c est dans un livre d humour donc il faut le prendre comme telle . apres vous ne savez comment le soir ces mamans ont rassuré leurs enfants et puis faire un peu peur a un enfant a un moment ou ils sont tout simplement insupportable c est juste normale . je trouve parler de maltraitance dans ce cas , cest tout melanger , vraiment car un enfant maltraiter c est pas lui faire peur a un moment donner , c'est chaque instant de sa vie , qui soit terrible ou non , c est le battre sans raison et non pas se facher juste a un moment ou il nous a mis a bout !! comparer ce qui est comparable bon dieu . Et franchement si vous n avez pas connu la maltraitance ne parler pas de ce mot pour rien merci !

      Supprimer
    4. Non on ne sait pas comment se comportent ces mamans le reste du temps. Cependant quand elles disent "rire" ou se "régaler" des réactions de leurs enfants, j'ai des doutes sur le fait qu'elles soient rassurantes par la suite.
      La plupart de ces anecdotes ne sont pas liées à une réaction immédiate sous le coup de la fatigue/énervement/ras le bol, mais des réactions préméditées.
      Il y a d'autres façons d'élever un enfant sans avoir à lui faire peur, le menacer ou le battre. Mais bon, ça demande plus d'efforts de la part des parents alors forcément certains élèvent leurs enfants comme on dresse un chien.
      Pour finir, je pense que vous êtes mal placée pour juger mon enfance (et mal informée car j'en ai déjà parlé un petit peu parlé ici). Quand bien même j'aurais eu des parents attentifs et aimants, je pense être capable de discerner une maltraitance d'un comportement normal.

      Supprimer
  8. Je suis tombée sur cet article grâce à Aileza.
    Je suis choquée... je n'ai pas d'enfants mais j'espère ne jamais leur sortir de trucs pareils!
    Même sous couvert de l'humour... parce que les enfants ne comprennent pas l'humour avant un certain âge!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah? Je ne savais pas qu'Aileza avait partagé mon billet...la coquine!

      Je suis d'accord avec toi, les enfants ne sont pas aptes à comprendre ces "blagues", ils les intériorisent comme des vérités.
      En tant que parent, je sais qu'on peut craquer devant ses enfants, qu'on dit parfois des mots durs ou des phrases qui nous paraissent anodines mais qui ont un résonance tout autre pour un enfant. Mais prendre tout ça sur le ton de la rigolade, ne rien regretter, c'est ça que je trouve malsain.

      Supprimer
  9. Franchement je ne me choque pas de grand chose et les propos de mères indignes me font rire en général... D'ailleurs je suis loin d'être une mère parfaite! Mais là j'avoue que je suis choquée! On ne peut pas jouer sur la confiance d'un enfant entre autre! Ni sur l'amour qu'on lui porte... Il y a des limites que même les mères indignes ne doivent pas dépasser... Car la pour moi il s'agit vraiment de maltraitance sur certaines (le savon dans la bouche)
    Par contre désolée, c'est mal mais j'ai ris sue celle de l'ado réveillé la nuit... Mais ce n'est pas un petit loulou sans défense (un ado peut faire payer ce genre de blague au centuple!)
    Bref mère pas parfaite oui maltraitante non...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne s'agit pas là d'être une mère parfaite mais une mère tout simplement. Comment peut-on rire du malheur de ses enfants? Ça me dépasse!
      Pour l'anecdote sur l'ado, c'est surtout le cheminement de la mère qui m'a dérangé. La nana se venge de son enfant car il avait des problèmes de sommeil. Mais aucun enfant ne fait exprès de mal dormir. Si encore elle se vengeait parce qu'il la réveiller quand il rentrait de soirées...Puis la nana va jusqu'à mettre son réveil en pleine nuit pour ça...

      Supprimer
  10. Oh la vache ! Je comprends que parfois on a besoin de se lâcher mais là ! Je suis normale, je suis parfois une mère indigne, mais j'espère ne jamais devenir une mère stupide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends cela aussi! Je suis une mère pas un robot, moi aussi je craque mais il ne me viendrait jamais à l'idée de me moquer de mon fils ou de lui faire croire des horreurs.
      On peut reconnaître nos faiblesses et/ou la difficulté d'élever des enfants sans pour autant leur faire du mal ou le dire haut et fort devant eux.

      Supprimer
  11. Ah ouais quand même ... j'ai eu parfois l'impression d'être ignoble avec mon bébé (surtout les trois premiers mois, fatigue quand tu nous tiens) mais j'espère ne jamais en arriver là !!!!
    Craquer de temps en temps, d'accord, mais là quand même!!! Je crois que ce qui me choque le plus, c'est le coté délibéré de certaine ("des fois, je regarde ma fille de 12 ans et je lui dit ..."). La fausse abandon sur l'autoroute, j'espère ne jamais craquer à ce point, mais bon, on ne connaît pas toute l'histoire, même si c'est chaud surtout le fin genre désinvolte :-S

    Perso, je me rappel encore d'une dispute de mes parents alors que ma mère devait partir quelques jours et qu'elle trouvait pas ses clefs de voiture. Mon père les a trouver et, énervé lui les a "jeter dessus" ... ben pendant toute l'absence de ma mère j'ai eu peur qu'elle ne reviennent pas ... (bon, je rassure, elle est revenue comme prévu et mes parents sont toujours ensemble XD)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fatigue nous fait dire des choses que l'on ne pense même pas vraiment. Je pense qu'on est toutes passées par là. Généralement, on regrette les mots dit sous le coup de l'énervement que ce soit envers nos enfants ou nos amis, famille... Là, les mères ne paraissent pas regretter.

      Ton anecdote est très parlante: tu pensais que ta mère ne reviendrait jamais juste en voyant ton père lui lancer ses clés. Que pense un enfant dont les parents lui disent "on va t'abandonner" ou "t'es adopté"? Il garde forcément cette idée dans un coin de sa tête.

      Supprimer
    2. C'est exactement ce que je me dit ...
      Reste à réussir à s'en rappeler dans les moments de détresses émotionnelles .. genre quand on a envies de jeter ses enfants par la fenêtre ^^

      Supprimer
    3. J'ai pas dit que ça allait être facile! ;-)

      Supprimer
  12. Je suis du même avis que toi, c'est choquant de se repaître de ses défaillances. Les reconnaître pour déculpabiliser et les corriger ok, mais pour en rire et faire rire la galère : non!
    Et j'ai aussi l'impression qu'il y en a plus d'une à dénoncer à Prénom d'une pipe (compte Tumblr et Twitter qui recense les prénoms originaux ou les orthographes particulières). Mais ça je l'ajoute en rigolant, un prénom, c'est une affaire de goût. Je ne me permet pas de juger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faire rire la galerie. Merci le correcteur.

      Supprimer
    2. Ahahahah oui! Les prénoms "originaux" j'avais remarqué aussi. C'est un des paramètres qui me laissait croire que tout ça était écrit. Comment pouvait-on trouver autant de prénoms originaux sans en inventer? Bah faut croire que cela est bien vrai. En tout cas pour les témoignages, peut-être que des prénoms ont été modifiés pour garder l'anonymat de certaines participantes.

      Pour en revenir au sujet, oui on peut en rire, entre nous adultes. Oui on peut penser des horreurs à propos de nos enfants mais non, on ne peut pas tout leur dire, ils ne peuvent pas entendre tout ça!

      Supprimer
    3. Ca me fait rire, mon mari, quand je lui ai montré, je lui ai dit : "Alors, t'en penses quoi ?" et il m'a dit : "Mais c'est quoi ces prénoms ??" Bon, après, moi je m'abstiens de commentaire, parce que c'est une question de sensibilité, les prénoms qu'on juge portables ou pas (la preuve, celui de notre fille, bien qu'original, ne pose aucun souci à mon mari) (oui, encore heureux). La personne que je remplace avait écrit un bon article sur ça, qui en a fait réagir (et réfléchir) plus d'un (dont moi) :
      http://www.dans-ma-tribu.fr/comment-parents-choisissent-prenom-enfant-diversite/

      Supprimer
    4. Tu remarques Chat-mille que j'ai dis " prénoms originaux". Je suis restée politiquement correct "originaux" = peu communs, ce qui ne veut pas dire moches!...enfin, surtout parce que je n'avais pas vraiment envie de rire quand j'ai écrit ce billet (puis ça faisait 2 débats d'un coup...) ;-)

      Supprimer
    5. Oui, c'est clair que c'est pas le débat. Il a rigolé un coup (ouh le vilain) et après il a dit que c'était "violent". Voilà, "violent", c'est le mot.

      Supprimer
  13. Je suis comme toi, ça me choque, et c'est de le maltraitance oui, pour plusieurs de ces exemples. Manquer à ce point de bienveillance envers son enfant, il n'y a pas de quoi se vanter.
    La mode des "mères indignes" peut me faire rire, je trouve ça bien que les mères déculpabilisent et osent dire. Mais des trucs comme : je suis contente qu'il aille à la crèche, il mange des petits pots... ou tes exemple de la tétine et des pleurs.
    Là, certaines ont l'air de trouver hilarant de se foutre de la gueule d'un enfant, de le faire marcher. En fait je trouve ça vraiment horrible et triste. Et je ne pense pas qu'on soit réac non.
    Il faut quand même savoir différencier ce qui est drôle mais ne fait pas de mal à l'enfant, de trucs limite pervers.
    Mais j'ai l'impression que c'est aussi ce que pensent tes lectrices, en survolant les commentaires, donc c'est plutôt rassurant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord! Mais tu vois, avant de voir vos réactions, je doutais vraiment de mon ouverture d'esprit. Si c'est de l'humour, on est beaucoup à ne pas rire à gorge déployée. Et effectivement c'est rassurant!

      Supprimer
  14. J'ai lu ton article et les exemples que tu cites et j'ai trouvé cela insupportable. Oui, insupportable vraiment. Je suis très sensible à la maltraitance, je fais de mon mieux chaque jour pour élever mon enfant (de mon mieux, pas parfaitement) et je ne peux pas tolérer ces écrits. Mais je ne voulais pas commenter à chaud alors j'ai d'abord pris le temps de dîner avec mon mari. Et puis j'ai lu la réponse se Serial Mother sur Twitter, qui dit que c'est à prendre avec humour.
    En fait, je crois que ce qui rend ces écrits insupportables, c'est le doute qu'ils laissent planer sur leur véracité.
    Si c'est de l'humour vraiment, si j'imagine qu'une humoriste connue lit ces phrases lors de son spectacle, d'accord. Car dans ce cas, il me parait évident que c'est pour rire, pour se défouler, et que tout cela n'a bien sûr pas sa place dans la réalité.
    Si ce sont des témoignages véridiques en revanche c'est grave, vraiment. Et je trouve que cela mériterait une réaction encore plus ferme que nos quelques commentaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On m'a rapporté que certains avait écrit à l'éditeur...je ne sais pas si cela peut avoir un réel effet, les faire prendre conscience qu'ils cautionnent des comportement malsains. Si tu as le courage... ^^

      Supprimer
  15. ça discute sec ici ;) T'as bien ouvert le débat et du coup tu te sens moins seule, c'est chouette^^
    Après y aura toujours des nazes pour faire passer la méchanceté pour de l'humour. Enfin surtout quand ça les touche pas personnellement parce que si ça les concerne directement ils sont tout de suite beaucoup plus sensibles et ils trouvent ça moins marrant bizarrement...
    Allez bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est chouette de se sentir "normale"...j'ai toujours peur d'être trop aimante (c'est possible ça?) avec mon fils. Quand on a eu une enfance difficile soit on reproduit les erreurs de ses propres parents, soit on donne l'éducation qu'on aurait aimé avoir, tu ne penses pas?
      Bisous dans les fesses!

      Supprimer
    2. Je crois que ceux qui reproduisent n'en ont pas forcément conscience alors que ceux qui font l'inverse de leurs parents en ont la volonté...
      Dis-donc sinon on dirait que je t'ai ramené du monde (lançage de fleurs^^)
      Bisous mais pas dans les fesses, faut pas charrier, on se connait depuis pas si longtemps^^

      Supprimer
  16. C'est affreux... Ces parents devraient avoir honte !
    Je ne suis pas non-plus une mère parfaite mais, en voyant ça, je suis loin d'être une mère indigne.
    Ces propos ne devraient pas figurer dans un livre, leur procurant une certaine fierté, mais aux services sociaux. Ils feraient peut-être un peu moins les malins.
    Les enfants n'ont pas demandé à naître, c'est aux parents d'assumer. S'ils ne sont pas capables de les élever correctement qu'ils s'en prennent à eux-mêmes, pas aux enfants.

    RépondreSupprimer
  17. Mis à part celle où la maman fait dormir sur le ventre (chacun fait ce qu'il veut après avis du pédiatre), je trouve que beaucoup de ces anecdotes sont quand même affreuses et je ne vois pas l'intérêt de publier ce genre de recueil ...
    pas besoin d'un com' plus long avec tous les avis ci-contre

    RépondreSupprimer
  18. Coucou,

    Je découvre ton article et ton blog grâce à Aileza et je dois dire que je suis restée scotchée en te lisant !
    Je ne savais pas qu'être une mère indigne devenait une mode... monde de M...e ! Ce livre aurais pû s'intituler " Comment maltraiter vos enfants sans laisser de traces " !
    Je déplore la connerie humaine et la lâcheté de ces mères qui s'en prennent à leur propre chaire. Si ces nanas voulaient faire parler d'elles c'est réussi, perso je trouve qu'en faire un débat leur donne trop d'importance ... j'espère que leurs enfants sauront leur rendre la pareille au moment opportun et qu'ils sauront mettre des mots sur leurs maux car rien n'est anodin surtout pas ce que je viens de lire . Des mères TOXIQUES rien de plus !!

    En attendant je découvre ton blog sympa ;)

    RépondreSupprimer
  19. J'arrive sur ton article grâce à Aileza. J'ai voulu voir de mes yeux ce que certaines mamans pouvaient écrire. Parfois nos enfants nous poussent à bout et nous perdons nos moyens, ce qui n'est jamais glorieux d'ailleurs. Mais là je suis vraiment choquée par ces propos. La violence envers les enfants n'est pas que physique. Elle est morale et psychologique aussi. Il y a certaines choses avec lesquelles on peut rire mais là je n'ai rien lu de drôle. C'est scandaleux même de se dire que certains enfants vivent de telles situations.
    Comment grandir confiants et solides, quand des parents se permettent de dire ou penser de telles choses.
    Merci d'en avoir parlé et d'avoir ouvert le débat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout que bien souvent on se remet "mieux" de blessures physiques que de blessures morales...
      Merci à toi de partager ton avis ;-)

      Supprimer
  20. Pouvez-vous me rassurer en me disant que ces phrases sortent uniquement du cerveau (tracassé) de l'auteure? Sinon comment et où a-t-elle recueillis ces témoignages?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement...non. L'auteure elle-même m'a confirmé sur Twitter la véracité des témoignages mais "le trait (aurait été) grossi"....faut prendre ça "au second degré"...

      Supprimer
  21. Pour le bébé sur le ventre, je vais être honnête: ça ne me choquer pas bien au contraire, elle le fait dans un souci de bien-être de son enfant. Personnellement, aujourd'hui, je regrette de ne pas l'avoir fait avec ma fille (au moins en journée) quand elle était bébé. Et je peux te dire que dès qu'elle en a été capable, soit vers 3 mois, elle s'est retournée d'elle même pour dormir ainsi...

    Pour le reste, je suis d'accord avec toi: ces citations me choquent et un peu marre de cette mode du parent indigne...

    RépondreSupprimer
  22. C'est drôle je cherchais une illustration pour illustrer mon dernier billet et je tombe sur ton blog par hasard et sur ce billet. Je n'ai pas approfondi le sujet car je voulais aborder un sujet du même type mais sans approfondir cette partie, et tu écris exactement ce que je pense ! Cette mode des mères indigne sous couvert de l'humour est allée vraiment trop loin. Je me demande ce que penseront les enfants de ces mères lorsqu'ils liront tout ça. Car les écrits restent ! Aujourd'hui j'ai l'impression que les choses se tassent un peu qu'on voit plus des mères imparfaites mais qui font de leur mieux sur la toile. C'est beaucoup plus sain et plus intéressant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le hasard fait parfois bien les choses! Des mères imparfaites, je ne connais que ça. Mais des mères imparfaites (voire maltraitante) qui se gargarisent de leurs comportements et qu'on met en avant dans un livre je trouve ça inconscient. C'est en quelque sorte valider de telles réactions.
      On a le droit de déraper mais pas de se réjouir devant les gamins de nos dérapages. "Hahahaha mon fils...jte prends pour un con et j'adore..." bonjour le psy à l'âge adulte!

      Supprimer
  23. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer