6 mai 2015

Le récit (fleuve) de mon accouchement.


Voilà. Mon fils va avoir 1 an ce mois-ci. Plus que quelques jours (2 en fait) et c'est le grand saut. Plus de "il a 7 mois/9 mois/11 mois", place au "il a un an". Bordel, le temps passe vite. Je me fais vieille, la preuve je dis des phrases de vieille. Ce premier anniversaire est l'occasion pour moi de me remémorer sa venue au monde (bon j'y repense aussi sans occasion particulière). Puis je t'en ai jamais parlé. Ça sera fait.

Le vrai récit est un récit fleuve (genre la Loire...non...le Nil plutôt) aussi je te propose tout de suite une version très courte puis une version très longue. Pour ne pas spoiler les inconscients courageux qui liront l'histoire complète, j'écris la version courte en blanc. Il faut donc juste sélectionner le texte à suivre pour le faire apparaître.
La version courte commence ici:
Perçage intempestif de la poche des eaux sur le canapé dans la mtinée.
Départ 2h plus tard à la clinique (finalisation de la valise+lumbago du Papa).
Contractions douloureuses 4h plus tard.
A 4cm de dilatation je demande la péridurale.
12h après la perte des eaux j'accouche par voie basse.
FIN

C'était rapide hein! Trop rapide...du coup je te raconte l'histoiiiiire de la viiiiie de façon plus exhaustive.

Jour J - 3
Le futur Papa se tord de douleur. Verdict = lumbago. 4 jours d'arrêt maladie. Bien. Heureusement que mon terme est prévu dans un mois. Ça laissera le temps au futur Papa d'être opérationnel.


Jour J - 1
Je me prépare à aller dormir. Je me suis douchée et comme je suis à pile un mois du terme, je débute les massages du périnée. Je regarde la notice et ses dessins explicatifs fournis avec le flacon d'huile de massage et, pendant de longues minutes, je tâtonne, je masse. Après m'être toucher, je vais me coucher, pas vraiment convaincue que ces massages aident mon périnée à se détendre le jour J et donc à rester intact.

Jour J / H-12
10h30
Fin de la grasse mat. Je me lève. Le futur Papa dort encore dans la future chambre de bébé car pour limiter sa douleur due au lumbago il préfère dormir sur la banquette BZ moins molle que notre lit (puis comme ça il m'entend moins ronfler aussi).
Un matin de fin de grossesse comme les autres s'annonce. Bah oui, à l'instant T je pense être encore tranquille pour un petit mois. Je me pose sur le canapé. Comme je suis encore en nuisette (enfin, nuisette de grossesse hein donc rien de sexy), je mets un plaid entre mes grosses fesses et le canapé (question d'hygiène merde!). J'enfile difficilement mon bas de contention sur ma jambe droite (d'abord la jambe droite. Toujours). Certaines se plaignent de l'enfilage de chaussettes autant te dire que les bas de contention c'est vraiment un effort surhumain à 8 mois de grossesse. Je passe ensuite à la jambe gauche. Vas-y que je mets mon pied gauche sur le canapé, je boulifie le bas, je passe les orteils et...sploush? Putain, je me fais pipi dessus ou quoi? Mais non je perds les eaux probablement. Je panique. Il me reste un mois. Je file dans la baignoire des fois que la fuite continue (effectivement ça continue). Le Papa a un lumbago. Aujourd'hui est un jour férié. Ça ne peut PAS être aujourd'hui!
Du liquide continue de couler dans la baignoire (je crois avoir vu passer un truc dégueu qui, après coup, devait être le bouchon muqueux). J'attrape la première serviette (de toilette) qui me passe sous la main, je la cale entre mes cuisses (oui tu penses bien qu'entre l'euphorie et la panique j'ai même pas pensé à mettre une serviette hygiènique) et traverse les 2m50 qui séparent la baignoire de la future chambre de bébé où le futur Papa commence à se poser des questions.

Moi: Bébé?
Lui: ZZzzZZ MmmM ZzzZ?
Moi: Je crois que je perds les eaux.
Lui (en redressant sa tête): HEIN?.
Moi: Non mais t'inquiète, si ça se trouve c'est même pas pour aujourd'hui puis au cas où faut que je mange avant la péridurale.

H-10
J'ai fini mon petit-déj/brunch (je bois comme un trou et mange plus que de raison au cas où je doive attendre 48h pour un prochain repas). Je finalise aussi ma valise de maternité. Le futur Papa s'est difficilement levé et son dos est à peu près opérationnel pour un trajet de 20 minutes, le temps d'atteindre la clinique.

H-9
Me voilà allongée sur un lit de la clinique, une sage-femme en tain de me triturer le vagin pour choper mon col de l'utérus. Ledit col est ouvert à 2 mais reste long. Elle teste le liquide qui sort de ma foufoune pour savoir si c'est bien du liquide amniotique. Bingo! J'ai le droit de monter en chambre (pas individuelle). Le prochain examen est prévu dans quelques heures, le temps de voir s'il se passe quelque chose.

H-8,5
Arrivée en chambre. J'ai faim. La nana m'a dit "faite comme à la maison". J'envois le futur Papa au McDo. On est férié, il y aura rien d'autre ouvert. Je ne pense même pas à la possibilité d'avoir un plateau repas à la clinique. Ceci dit pour avoir 3 haricots verts et 100gr de poulet à l'eau....

H-7
L'après-midi est bien entamée. J'ai faiiiim et je commence à avoir des contractions douloureuses. Le futur Papa a doit encore être en train de tuer la vache pour mon big mac parce qu'il n'est toujours pas de retour.

H-6
J'ai vraiment maaaaaal. Je fait le petit chien entre deux frites. Oui, le futur Papa est enfin de retour. Figures-toi que Monsieur a fait un crochet par Célio pour s'acheter 3 T-shirts "au cas où" (vu que je n'avais pas encore de contraction à son départ (2h plus tôt) il pensait être laaarge). Au cas où quoi bordel??? Hihi, houhou, haha, hooohooo...je souffre. Ma voisine de chambre (qui a pondu la veille) en a tellement marre de m'entendre gémir qu'elle me propose d'appeler les sages-femmes. Je serre les dents. 5 minutes. Puis j'appelle.
Sage-Femme (ou assimilée): Vous avez appelé?
Moi: Ouiiiii...
Elle: Qu'est-ce qui se passe?
Moi: (Intérieurement: A ton avis connasse?!) J'ai maaaaaal...

La nana arrive et me demande de la suivre pour un nouvel examen de foufoune.
Moi: Quoi? On me met pas la péri là, tout de suite? Merde, j'aurais dû sonner avant.
Elle: Non, je vous mets sous monitoring pendant 30 minutes pour voir si vous avez bien des contractions. Là vous êtes dilatée à 4 cm.

4 cm! Chouette, je suis une warrior! Dans 30 minutes??? Bordel...je vais pas tenir. J'ai l'impression d'avoir des contractions toutes les minutes. La suivante étant toujours plus douloureuse que la précédente. Au bout de 25 minutes et 3 "tais-toi!" à mon homme, je lui demande d'appuyer sur le bouton d'appel.

Sage-femme: Vous pensez avoir des contractions toutes les combien?
Moi: Toutes les minutes.
Elle: Ah...bah... la machine doit mal enregistrer parce que pour moi il y en a une toutes les...6 minutes.
Moi: ...aaaaaaaaaaaaaaaaaa...quand est-ce qu'on peut me mettre la péridurale?
Elle: Vous vous faites d'abord le lavement, vous vous injectez ça (en me montrant ledit lavement qui ressemble à un tube de superglue), vous attendez 10 minutes puis vous allez vous doucher et puis je vous conduit en salle d'accouchement pour la péridurale.

Futur Papa remonte en chambre pour aller chercher la première tenue du fils. J'ai tellement mal que je ne pense pas arriver à me faire ce foutu lavement (rectal le lavement hein...non mais j'étais pas sûre que tu saches). Je m'imagine demander ça au futur Papa. Mais il tarde à redescendre (enfin les contractions ne m'aide pas à apprécier le temps). Je me dis que plus tard je fais le lavement, plus tard j'ai la péri. Je prends mon courage et le petit tube à deux mains, baisse ma culotte et advienne que pourra. Je n'ai ni montre au poignet ni pendule aux murs. Je serre les fesses quelques instants mais tout d'un coup me prend l'envie d'aller faire caca (putain c'est vachement efficace ce truc). Je file donc aux toilettes. En gémissant. Je fais ce que je dois faire puis me dirige vers la douche. Je me lave, je me passe le jet d'eau chaude sur le ventre mais aucun soulagement. Je mets ma blouse "cul-nu" puis retourne à la pièce du monitoring. La sage-femme reviens puis le futur Papa. On part tous pour la salle d'accouchement.
Je m’asseois sur la table d'accouchement (qui ressemble drôlement à un lit), l'anesthésiste arrive. Le futur Papa sort. On me pose un cathéter sur la main. Je souffre. Puis, je fais le dos rond, l'anesthésiste se permet un commentaire sur mon tatouage "ça, c'est pas une très bonne idée". J't'emmerde connasse, pique-moiiiii!
Elle va piquer mais je me redresse sous la douleur d'une contraction. Elle m'engueule parce que je mets les mains sur la table. Elle me pique une première fois pour anesthésier la zone puis une seconde fois avec la grosse aiguille mais cela n'est pas douloureux. On me scotche le tube dans le dos puis je peux me rallonger.
Le futur Papa revient. Je ne sens déjà plus vraiment les contractions. Je souris de soulagement. Je ne sais plus qu'elle heure il est. Il ne reste plus qu'à attendre.

H-2h41
Bébé ne regarde pas bien vers le sol, on m'a demandé de mettre la jambe droite sur l'étrier gauche. Bébé ne descendait pas trop, on me demande de me mettre sur les genoux. Là, je sens bien comme si je faisais caca mais en fait c'est bébé qui descend (pas le caca...puis de toute façon j'ai plus rien en stock). Je suis à dilatation complète, on me laisse 2 heures pour faire descendre mon fils dans mon bassin parce que pour l'instant il est plutôt perché en haut.

H-41min (du coup je devrais mettre M-41...ça fait nom de mitraillette...)
C'est parti, va falloir pousser même si le bébé n'est pas vraiment encore descendu dans le toboggan (le vagin en fait). En théorie, on attend la contraction pour pousser. Moi, je suis un peu sous pression et la péridurale ne me permet pas de vraiment sentir les contractions. Je pousse donc tout le temps et n'importe comment.

H-21min
La sage-femme me dit que le bébé reste coincé en haut, que tout va bien mais comme ça fait 20 minutes elle va donc appeler le gynéco.
Je me mets encore plus la pression, je ne veux pas de ventouse ou de forceps, je veux le sortir moi-même. Je demande à la sage-femme de me dire quand elle sent la contraction arriver, je me concentre sur ça aussi. Le gynéco arrive.
Je prends le temps de sentir les contractions, je pousse de toutes mes forces, les yeux fermés. Le bébé descend enfin. L'une des sages-femmes me dit que ses cheveux sont dehors, que je peux toucher pour me donner du courage. Je refuse de peur de craquer en sanglots alors qu'il n'est pas encore tiré d'affaire.
Je pousse encore quelques fois et enfin la sage-femme me demande d'arrêter. Là je sais qu'il est là, j'ai vu ça dans BabyBoom. J'ai encore les yeux fermés quand j'entends le premier cri.
Je l'ai fait!
Je tends les bras. J'attrape mon fils.
Il est tout chaud. Il est beau.
Je l'aime.

9 commentaires:

  1. Mais dis moi pas que ton fils est né le 8 mai 2014?? Mais mon Ninulf aussiiii! C'est fou-fou!
    Quel beau récit! Glamour et sexy tout ça :p
    Non c'est très vrai, c'est très beau, ton mec me fait beaucoup penser au mien (pour le coup du Célio, et les "tais-toi!" ^^).
    Ça donnerais presque envie d'accoucher à nouveau...non je déconne ça fait mal quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais bordel de merde! Je pense vraiment qu'il y a un truc qui se passe entre nous là!
      Quand tu dis "glamour et sexy" tu penses au lavement rectal? Moi aussi!

      Supprimer
  2. ahlala j'aime toujours autant lire les récits d'accouchement ! même avec les détails pas glam ! parce que toutes celles qui ont déjà accouché SAVENT de quoi tu parles :) euh à part le lavement, là, pas eu ça moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que j'allais faire des jalouses avec mon lavement! ^^

      Supprimer
  3. hihi!!! J'adore!! Emouvant sur la fin! Parce que ton lavement là hein! C'est la sage femme qui t'a demandé de faire, mais tu lui avais demandé avant? Moi rien à f*****e je fais caca puis tant pis! De toute façon c'était toujours à l'arrache ;) 1an...l'année de ouf ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah écoutes...c'est la coutume de la maternité apparemment...comme c'était une condition d'accès à la péridurale, j'ai pas hésité tu vois!

      Supprimer
  4. J'allais dire que j'avais aussi perdu les eaux un jour férié (le lundi de Pâques, précisément) mais je me suis fait un peu surpassée dans le "mais c'est incroyable on est trop sœurs d'accouchement" par Zou. Je m'incline.

    J'aurais bien mis un petit mot sur le lavement mais je vois que tout le monde en a déjà parlé, je voudrais pas que tu crois qu'on ait retenu que ça (moi j'en ai pas eu mais j'ai quand même eu une sonde pour faire pipi et mon mari m'en parle encore... lui pour le coup, il a retenu que ça... ça et la taille de mon placenta).

    Ah, et puis moi aussi elle voulait pas sortir, moi aussi ils ont appelé le gynéco, moi non plus il a finalement pas servi parce que ça m'a bien motivée et moi non plus j'ai pas voulu toucher les cheveux (juste je trouvais que ça servait à rien, moi je voulais juste qu'elle sorte !!). Finalement on est quand même un peu sœurs d'accouchement ?

    Joli récit en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a pas mal de points communs tout de même! Surtout le dénouement. Le placenta j'ai même pas eu le réflexe de regarder. Chéri m'a dit l'avoir vu mais sans plus.

      Supprimer
  5. Super témoignage! Les accouchements avec la péridurale ce n'est vraiment pas facile, il faut pouvoir pousser et dans le cas où elle est mal dosée et où il reste bloqué, on ne peut pas faire grand chose car on n'a plus le contrôle total de son corps...

    RépondreSupprimer