8 janv. 2015

Comment t'expliquer l'inexplicable mon fils...

Comment t'expliquer l'inexplicable mon fils...

Pour laisser une trace de cet événement, ne pas oublier ce qu'il s'est passé alors que tu fêtes tes 8 mois.

Hier matin, il s'est passé une chose effroyable. Une exécution. Deux individus se sont introduits dans les locaux d'un journal, "Charlie Hebdo", et ont tiré. Ce journal, je ne le connais que de nom grâce oui grâce à leurs scandales, leurs dessins caricaturant tout le monde politique et tous les personnages faisant l'actualité. Charlie hebdo c'est un journal qui n'a peur de rien. Depuis des publications de caricatures du Dieu mulsulman (appelait "Prophète") le journal est la cible de fanatiques. De mecs qui utilisent l'islam comme un texte sanguinaire qu'il n'est pas. Cela faisait plusieurs années que l'une des victimes était sous protection policière. Ce policier a été tué tout comme des dessinateurs, des collaborateurs du journal et d'autres. Poussant la barbarie jusqu'au bout, les deux meurtriers exécuteront un policier qu'ils croisent. Ils tireront sur l'homme alors qu'il est à terre. Un habitant de l'immeuble se situant en face de la scène filme la scène et la diffuse sur le net. Certains médias respecteront l'homme en floutant son corps et/ou en coupant la scène. D'autres non. Les assassins arrivent à quitter Paris sans encombre ou presque.

En soirée, tout le monde est suspendu à leurs écrans. Les chaînes info diffusent en direct les troupes de policiers, le RAID qui suivent les traces des deux individus jusqu'à Reims. On y voit des policiers très armés au milieu des habitants qui filment avec leur téléphone portable en rigolant. On y voit aussi des journalistes à quelques mètres des policiers qui filment aussi. Mais personne n'est interpellé sous les objectifs. La nuit se passe.

Le lendemain, je suis encore sous le choc. Je n'ai pas pleuré. Je suis anesthésiée. J'allume la télé alors que tu es à accroché à mon sein. J'espère voir l'annonce de l'arrestation de ces deux salopards, ces terroristes. Malheureusement, la télé m'annonce une triste nouvelle. Encore une. 

Ce matin, deux policiers interviennent sur un accrochage entre deux voitures en région parisienne. Un homme sors une arme et tire sur les policiers. Deux sont touchés et le troisième indemne. En tout cas physiquement indemne. Un des policiers touchés est une femme de 34 ans, touchée dans le dos. Les pompiers et médecins n'arriveront pas à la sauver. Les infos nous disent que les deux fusillades ne sont pas liées. En tout cas pour l'instant rien ne permet de lier les deux attentats. Là encore le meurtrier est arrivé à s'échapper. Lui aussi est en fuite.

Mon amour, à l'heure où je t'écris ces lignes, trois assassins, trois terroristes, trois meurtriers sont en liberté. Et je suis effondrée. Je me rends compte que les mecs et nanas de Charlie Hebdo étaient bien plus couillus que moi car eux continuaient d'écrire et de dessiner malgré les menaces. Les survivants affirment déjà qu'ils continueront de faire vivre le journal. Moi, j'ai peur. Je suis terrifiée. Comment continuer à vivre comme si de rien n'était? Comment ne pas avoir peur? Comment ne pas voir peur pour toi? Ton avenir? Promets-moi de ne pas m'en vouloir de m’inquiéter pour toi mon amour, ma vie, mon fils.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire